Adhésion
Open menu

Journées d'été 2024

La journée d’été de l’association Aprogemere aura lieu le samedi 20 juillet au Falgoux.

Au programme, promenade en montagne le matin pour visiter un site archéologique avec les explications d’un archéologue, puis déjeuner dans la salle polyvalente du Falgoux.

L’après-midi visite du château de La Trémolière puis assemblée générale suivie d’un buffet.

Si vous ne l’avez pas encore fait, pensez à vous inscrire avant le 8 juillet en envoyant à l’adresse d’ Aprogemere, 5 rue Edouard Herriot 15000 Aurillac, votre chèque accompagné d’une feuille de papier avec votre nom et numéro d’adhérent et le nombre d’accompagnants ou bien en utilisant le formulaire prévu à cet effet (à imprimer, remplir et envoyer à l'adresse indiquée).

Le prix de la journée est de 33 euros pour les adhérents à jour de leur cotisation, de 38 euros pour les accompagnants. Le repas du soir est offert, mais si vous ne pensez pas rester après l’AG, merci de le préciser pour que nous sachions combien de personnes restent.

"Instruments nécessaires à l'exécution des arrêts criminels"

  (1811-1818)

« Le supplice que j’ai inventé est si doux qu’il n’y a vraiment que l’idée de la mort qui puisse le rendre désagréable. Aussi, si l’on ne s’attendait pas à mourir, on croirait n’avoir senti sur le cou qu’une légère et agréable fraîcheur » . C’est pour le moins avec un léger euphémisme que Joseph Ignace Guillotin décrivait la machine à laquelle la postérité à rattacher son nom : la guillotine ! Si ces propos peuvent nous paraitre déplacés ou même choquants. La parole du docteur Guillotin est pourtant sincère et ses intentions louables......[Lire la suite]

Lorsque la chance vous sourit...

Un chef de mission interalliée accueilli et guidé par un soldat allemand (1944)

 

En mai 1944, le major britannique Cardozo, dit Vecteur, fut parachuté près du Mont-Mouchet, haut lieu de résistance à la frontière des trois départements de la Haute-Loire, de la Lozère et du Cantal, avec pour missions de suivre l’organisation des maquis, de veiller à la répartition des armes et des fonds parachutés aux résistants, de participer aux décisions de sabotage et d’assurer les liaisons radio avec Londres. Mais tout son travail aurait pu être compromis par le choix de la mauvaise porte…

André Decelle nous livre cette anecdote étonnante, recueillie parmi d’autres témoignages dans les archives de l’association des Anciens du Barrage de l’Aigle et de ses Maquis déposées aux Archives départementales

2020 12 22020 12 3

. André Decelle, alias commandant Didier, était alors ingénieur-concepteur au barrage de l’Aigle sur la Dordogne. Dès 1940, il accueillit des prisonniers évadés, des militants anti-fascistes espagnols et italiens, puis des réfractaires au Service obligatoire du travail. Sous couvert de la construction du barrage, le chantier servit à cacher du matériel destiné au maquis.

L’état-major du Service Technique des Grands Barrages, dont les membres constituaient également l’état-major du Bataillon Didier, s’était quant à lui installé temporairement dans le nouvel hôpital de Mauriac, où le major Cardozo devait venir les rejoindre. Or, au même moment, une compagnie allemande s’installa dans leur bâtiment. Seul un couloir les séparait désormais, et il était bien sûr impossible de contacter le major britannique pour le prévenir… Il ne resta plus qu’à attendre et espérer qu’il ne croisât pas le chemin des Allemands.

C’est pourtant ce qui se passa, bien que l’issue n’ait aucune des conséquences tragiques que l’on pouvait craindre : voyant arriver le major, l’un des occupants, empreint de bonne volonté, le conduisit au bureau du Service Technique des Grands Barrages, pensant sûrement qu’il s’agissait d’un entrepreneur. Il était loin de se douter que grâce à ses contacts avec Londres, le major Cardozo permettrait le parachutage de plusieurs tonnes de matériel pour les maquisards dans le mois qui suivrait                                 

                                                                                                                                                                                                                      « Extraordinaire : le Major Vecteur accueilli par… l’armée Allemande ! »,par André Decelle, 106 J 10
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         2020 12 1  Photographie du barrage de l’Aigle : 49 NUM 46, coll. Dumas-Rossignol, cl. anonyme (vers 1950)    
                                                                                                                                                            

signature LD

 

Venir nous voir

Image aléatoire

À chaque nouveau chargement de cette page est affichée aléatoirement une image différente tirée de notre stock de photos du Cantal

Cliquer sur l'image pour l'agrandir